La tension de l’œil, c’est quoi ?

Tout comme chaque élément composant l’organisme humain, l’œil peut aussi présenter des anomalies. Il s’agit d’ailleurs d’une des raisons pour lesquelles on est parfois contraint de consulter régulièrement un ophtalmologiste.

La pression intraoculaire ou tension de l’œil doit en effet être mesurée à plusieurs intervalles répétés. Ces examens rapides et indolores permettent généralement à l’ophtalmologue de dépister certaines maladies oculaires.

Qu’est-ce que la tension de l’œil ?

Par définition, la tension de l’œil englobe la pression d’un liquide transparent appelé humeur aqueuse à l’intérieur des yeux. Pour qu’elle soit normale, cette dernière doit rester inférieure ou égale à 20 millimètres de mercure (mm hg). Dans certains cas, cette valeur indiquée peut légèrement varier en fonction de la luminosité de l’endroit des analyses.

À l’instant où cette mesure est dépassée, cela signifie que la pression intraoculaire augmente. Ce phénomène se produit notamment en cas de déséquilibre entre la sécrétion et la résorption de ce liquide. Autrement dit, lorsque la production d’humeur aqueuse devient excessive ou que le drainage est insuffisant.

La prise de certains médicaments peut également avoir des effets secondaires et provoquer l’hypertension oculaire chez diverses personnes. Ceux qui sont à base de stéroïdes employés à l’origine pour traiter l’asthme sont, par exemple, susceptibles d’engendrer la maladie. Cela dit, n’hésitez surtout pas à demander conseil à votre opticien si vous en consommez.

Le glaucome : la complication la plus fréquente de l’hypertension oculaire

Il s’avère que le glaucome est la complication la plus fréquente chez les personnes atteintes de l’hypertension oculaire. On distingue généralement deux formes de cette maladie : le glaucome aigu et chronique. Dans sa forme chronique, il est habituellement contrôlé par un collyre. Il s’agit en fait d’un médicament liquide que l’on verse sur la conjonctive de l’œil. Si ce traitement ne fonctionne pas, on passe directement à l’étape suivante qui est l’iridotomie au laser. Cette méthode consiste à effectuer une ouverture dans l’iris afin d’excréter le liquide en vue de faire baisser la tension.

Le glaucome aigu, quant à lui, est beaucoup plus grave. Ici, la tension oculaire va immédiatement au-delà de 40 mm hg et la douleur est intense. Dans certains cas, le patient peut même avoir des maux de tête et souffrir de vomissement. Lors de l’apparition de ces symptômes, la prise en charge rapide de ce dernier à l’hôpital est donc indispensable.

Comment prévenir la tension de l’œil ?

Il est essentiel de préciser que certains types d’individus ont plus de risques de développer une tension oculaire importante par rapport à d’autres. Il s’agit principalement de ceux ayant plus de 60 ans, des personnes diabétiques, hypertendues ou victimes d’une pathologie cardio-vasculaire.

Dans tous les cas, il suffit de suivre quelques bons gestes afin d’éviter de contracter cette maladie. Vous devrez, par exemple :

-adopter un régime alimentaire équilibré et riche en antioxydants,

-pratiquer une activité physique cadencée et adaptée,

-consultez régulièrement un ophtalmologiste

Comment accompagner son adolescente à sa première consultation gynécoogique ?
Intolérance au gluten : comment se faire dépister ?